• 18 rue d'Arras Bât B13 92000 Nanterre
  • 9h - 12h30 et 14h - 18h

La qualité de l'air dans les crèches, garderies, PMI, écoles

Dans les crèches et les maisons de petite enfance, les risques respiratoires sont particulièrement élevés pour les enfants.

Les sources d’émissions de substances polluantes sont nombreuses : peinture, meubles, appareils de chauffage, produits d’entretien, matériaux de construction, matériels utilisés pour diverses activités (colles, peinture, feutres…). Une mauvaise qualité de l’air intérieur va favoriser l’arrivée de certains symptômes dont maux de tête, fatigue, irritation des yeux, du nez, de la gorge, de la peau, vertiges, manifestations allergiques, asthme.

Depuis quelques années il a été montré que beaucoup de jouets sont fabriqués avec des solvants qui restent volatils même une fois le jouet terminé. Le formaldéhyde est le COV le plus courant dans ces jouets que les enfants manipulent et portent à la bouche toute la journée. Des molécules assouplissantes pour le plastique, appelées phtalates y sont également présentes. Ces molécules sont repro-toxiques (perturbent la fertilité) et perturbateurs pour le développement et la croissance de l’enfant. Beaucoup de jouets comportent également des métaux lourds comme le plomb et le mercure ainsi que des colorants azoïques, classés cancérigènes.

Les écoles sont aussi concernées. En effet, une récente étude montre que 30% des élèves sont exposés à des niveaux de polluants atmosphériques supérieurs aux valeurs guides recommandées par l’OMS et l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail). Ces polluants chimiques proviennent des gaz d’échappements, des matériaux de construction et de décoration (bois, parquets stratifiés, colles de moquettes, papiers peints, vernis, mousses isolantes) et des produits d’entretien et de traitement (détergents, désinfectant, lingettes).

Au-delà du risque d’inhalation de produits chimiques émanant des jouets et salle de classes, il existe un fort risque bactériologique. En éternuant, se mouchant ou simplement en respirant les enfants rejettent dans l’air intérieur un grand nombre de virus et germes de bactéries. Dans une classe de 30 élèves, le risque d’infection est donc très important.

Les purificateurs d’air que nous proposons présentent l’avantage d’être très efficace contre les virus et bactéries qu’il capture et détruit pour un risque allergène zéro. Leurs filtres brevetés HEPASilent ou SmokeStop capturent les composés organiques volatils et les aldéhydes dont le plus dangereux, le formaldéhyde. Enfin, pour une vraie sensation de bien-être pour le personnel comme les pensionnaires, les purificateurs Blueair détruisent toutes les odeurs grâce à un procédé au charbon actif.

En 2018, le Ministère de la transition écologique et solidaire lance une opération »Un bon air dans mon école » qui commence par l’adoption des bons réflexes et surtout la prise de connaissance de son air intérieur. Nous pouvons vous accompagner dans cette démarche grâce à nos moniteurs d’air connectés qui vont vous permettre d’identifier quasi instantanément:

  • les endroits les plus pollués,
  • les horaires des pics de pollution ce qui vous permet d’en identifier la provenance: ménage, lancement d’impression, pic de circulation, cuisine…
  • La qualité de l'air dans les EHPAD, maisons médicalisées, maisons de retraite

    La qualité de l’air intérieur est un des enjeux de notre temps. Alors que nous passons 90% de notre temps dans des espaces clos, ceux-ci se doivent d’être sains pour nous et notre entourage. Or, dans les maisons médicalisées, la qualité de l’air n’est pas toujours prise en considération et cela soulève différents problèmes

    • mauvaises odeurs liées à la transpiration, aux produits d’entretiens, au matériel médical, etc.,
    • problèmes de respiration et d’assèchement des voies respiratoires dus aux impuretés dans l’air,
    • épidémie ou contamination fréquente à cause des germes de virus et des polluants de l’air (notamment bactéries, composés organiques volatils et aldéhydes),
    • mauvaise image de l’établissement  renvoyée aux visiteurs,
    • absentéisme du personnel soignant.

    Ces pollutions sont principalement causées par le faible renouvellement de l’air (fenêtres insuffisamment ouvertes) qui confine dans une même pièce les vapeurs, les germes et les odeurs. De plus les produits utilisés pour masquer les odeurs font souvent plus de dégâts qu’ils n’en réparent car ils sont toxiques si la pièce n’est pas aérée ensuite.

    Pour lutter contre ces effets, l’OMS recommande de purifier l’air grâce à des purificateurs d’air pour cabinet médical, avec des filtres de qualité médicale. Les purificateurs d’air que nous commercialisons ne masquent pas les mauvaises odeurs mais les détruisent entièrement grâce aux filtres à charbon actif. Les filtres brevetés HEPA éliminent les germes de bactéries et virus dans l’air. Enfin, ils captent les particules fines (COV et aldéhydes) dangereuses pour la santé.